Antoine Prudhomme de la Boussinière

Antoine est né à Chalon-sur-Saône en 1989. Après une classe préparatoire littéraire, il termine sa licence en Bourgogne avant d’obtenir un master d’histoire, durant lequel il s’intéresse à la construction sociale de la masculinité. Il se tourne alors vers le théâtre : il débute sa formation au CRR de Lyon puis intègre la promotion 2016 du CNSAD. Il y sera alors dirigé par de nombreux professeurs et metteurs en scènes : Sandy Ouvrier, Daniel Martin, Xavier Gallais, Stuart Seide, Mario Gonzalès…. En tant qu’acteur, il a travaillé sous la direction de Simon Rembado, Adeline Flaun, Yannick Morzelle, Simon Bourgade, Baptiste Dezerces, Ronan Rivière, Emmanuel Besnault… Il co-fonde en 2016 Les Poursuivants, compagnie implantée en Bourgogne Franche-Comté, et le Festival y’a Pas la mer.

Angèle Peyrade

Angèle Peyrade se forme au théâtre et à la danse contemporaine aux cours Florent, au Conservatoire Paris 13, au Théâtre de la Colline (avec Claude Duparfait), avec le Théâtre du Mouvement et à l’université Paris III (niveau Master). Elle est assistante à la mise en scène pour la Cie La Rousse (Nathalie Bensard) de 2010 à 2012, et collabore aux projets de Félicité Chaton pour la Cie Processes. En danse, elle travaille avec la Cie Sanebi et occasionnellement avec la Presque Cie. Elle s’investit dans l’Ensemble Esprits Libres depuis 2011 en tant que comédienne et metteuse en scène, et dans la création du Festival TEL. Elle se produit au Théâtre de Vanves et au Festival Impatience dans la Fausse Suivante de Marivaux, mis en scène par Jérémy Ridel (Compagnie FFT). Elle poursuit également son travail de mise en scène avec la Compagnie ATR (en résidence aux Subsistances en 2016), et avec le Sens Opposé. Elle rejoint les Poursuivants en 2018 pour Les rats, une adaptation de la pièce de Gerhart Hauptmann mise en scène par Simon Rembado (3ème tour du Théâtre 13). En 2018/2019, elle joue dans Julie, mis en scène par Jérémy Ridel au Théâtre de Vanves, présente une mise en lecture de Juste la fin du monde de Lagarce avec la Compagnie Processes, et travaille à la prochaine création du Sens Opposé, Malgré les morts, j’aurais voulu une fin heureuse, une réécriture Cymbeline de Shakespeare (en résidence au Carreau du Temple de 2016 à 2018). Elle donne également des ateliers pour la compagnie La Rousse et le collectif Maquis’art.

Etienne Durot

Etienne est diplômé du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Il est l’un des créateurs de la Compagnie Cipango avec laquelle il a monté George Dandin de Molière et Peter Pan ou le garçon qui ne voulait pas grandir de J-M Barrie. Comme comédien, il a notamment joué dans Ur-Faust au Théâtre de la Tempête à Paris et a été dirigé par Gilles Bouillon dans La Cerisaie, par Irène Favier dans Massacre à Paris, par Nasser Djemaï dans Immortels et par Kheireddine Lardjam dans avoir 20 ans et dans 1000 francs de récompense. En plus de son activité sur les planches il a tourné pour le cinéma avec Roberto Garzelli, Eric Latigau et à la télévision sous la direction de Xavier Durringer. Il a tourné dans Un violent désir de bonheur, premier long-métrage de Clément Schneider (ancien élève de la Fémis).

Sarah Brannens

Formée à l’Ecole du Studio Théâtre d’Asnières, Sarah sort diplômée du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris en 2016. Depuis sa sortie, elle joue notamment dans Notre Innocence de Wajdi Mouawad au Théâtre National de la Colline, dans Le Cercle de Craie mis en scène par Emmanuel Besnault, L’Avare, mis en scène par Mario Gonzalez, La Nuit des rois mis en scène par Clément Poirée. Elle collabore avec Loïc Mobihan pour ses mises en scène de Léonce et Léna et de Intérieur. Elle joue également avec le Théâtre de la Suspension, dans Four Corners of a Square with its Center Lost de Bertrand de Roffignac. En 2017, elle intègre la compagnie Les Poursuivants pour laquelle elle joue dans Les Rats, Léonie est en avance et Emilia Galotti. Cette année, on la retrouvera au théâtre de la Tempête dans La Cerisaie de Nicolas Liautard et Magalie Nadaud. Au cinéma elle a tourné dans Chants d’hiver d’Otar Losseliani.

Simon Bourgade

Originaire de Bourgogne, il est formé en Classe Libre, puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique où il a comme professeurs Nada Strancar et Sandy Ouvrier. En 2015, il tourne dans le long-métrage de Rachida Brakni, De Sas en sas. A sa sortie du CNSAD il joue dans Le Juif de Malte, mis en scène par Bernard Sobel, et tourne en 2016 sous la direction de Robin Campillo dans le film 120 battements par minute, Grand Prix à Cannes. En 2017 il joue en tournée en Europe avec Gypsies, spectacle documentaire du collectif allemand Werkgruppe2. Il a mis en scène à Lyon au Théâtre de l’Elysée Purifiés de Sarah Kane, puis Agnus Dei de Victor Cova avec Matthieu Dessertine. En 2012 il co-met en scène « Invite à l’amour » d’après Belle du seigneur d’Albert Cohen, avec le soutien du Conseil Général 71. Il cosigne avec Camille Bernon en 2017/2018 la mise en scène de CHANGE ME, spectacle en production déléguée au Théâtre Paris-Villette, joué au Théâtre dela Tempête et en tournée. Ils seront accueillis ensemble à la Comédie Française pour leur prochain projet au printemps 2020.


Tarifs

Plein tarif : 6 euros

– 12 ans : 4 euros

Un Pass intégral pour toute la durée du festival sera également mis en vente, dont nous déterminerons le prix une fois la programmation entièrement finalisée. Le pass intégral de la première édition était fixé à 15 € pour les trois jours de festival.

Une buvette et un service de restauration sont proposés sur place, avec des plats chauds entre 7 et 9 euros.

Partenaires

Le festival y’a Pas la mer a bénéficié pour sa première édition 2018 du soutien de nombreux partenaires, consolidés de longue date par la compagnie Cipango implantée depuis 2005 sur le territoire.

La ville de Montmort et la ville de Toulon-sur-Arroux nous ont prêté du matériel, avec en outre une mise à disposition d’hébergements à Toulon et l’aide des services techniques de la ville. Le Conseil Départemental de Saône-et-Loire a apporté un soutien financier au fonctionnement du festival. L’ARC scène nationale du Creusot nous a confié du matériel technique. La Caisse locale du Crédit Agricole nous a soutenu avec une participation financière symbolique.

Sur les prochaines années, nous comptons pérenniser ces partenariats et nouer de nouvelles relations, avec des institutions et des mécènes, pour développer notre production et notre rayonnement. Un dossier de subventions va être déposé pour l’édition 2019 à la DRAC Bourgogne – Franche-Comté, qui a manifesté son vif intérêt pour notre initiative. Le Jeune Théâtre National, dispositif de soutien aux artistes issus des grandes écoles, va être sollicité pour des subventions salariales sur la prochaine édition. Le Conseil Départemental et le Conseil Régional vont être eux aussi sollicités pour des aides de fonctionnement, en lien avec un travail sur l’empreinte écologique du festival. La communauté de communes Entre Arroux, Loire et Somme va être contactée pour une participation financière et un relai de communication sur le territoire. Les villes de Montmort et de Toulon-sur-Arroux maintiendront leur soutien à la logistique du festival. y’a Pas la mer pourra à terme être décentralisé en partie dans d’autres lieux sur ces deux localités. Le Crédit Agricole a renouvelé son intention de mécénat sur notre projet, avec une montée en puissance sur les années à venir.